La Mystérieuse Fosse Dionne de Tonnerre

L’eau qui coule d’une source attise toujours les rêveries, surtout lorsque nul n'en connaît l’origine. La Fosse Dionne de Tonnerre garde encore le secret de l'origine de son eau à débit varié, mais perpétuel, coulant en moyenne à 100 litres à la seconde. Pourtant, les sources et cours d’eau alentours ont été teintés et nulle trace des colorants n’est jamais apparue dans le bassin. Mystère !

  

Fosse Sacrée, au temps où les Dieux nous parlaient. Fons Divina des Celtes, source sacrée...

Le mystère de la Fosse Dionne reste entier !

C’est autour d’elle que s’est édifiée la ville, à l’origine sise sur le plateau dit des vieux châteaux, la dominant. Dès l’Antiquité, les hommes se sont rassemblés autour de ce lieu mystérieux. Les eaux sourdaient d’un marécage, qui par la suite fut assaini. Plus tard encore, en 1758, Louis d’Éon, le grand-père du fameux Chevalier, fit aménager la source en lavoir. La toiture demi-circulaire, sa double enceinte et ses quatre cheminées datent elles aussi de 1758.

Le bassin d’un diamètre de 14 m et son lavoir doté d’appentis, offrent un spectacle hors du commun, en particulier par la coloration bleu turquoise des eaux et l’inquiétant gouffre, trou noir béant, qui nous attire.

La Fosse Dionne est une source Vauclusienne, résultant de l’infiltration des plateaux des environs.

Cette source forme une vasque au fond de laquelle on peut voir le départ d’une galerie haute de 2,5 m qui s’arrête à 28 m de profondeur sur un étranglement ; après quoi la galerie se poursuit jusqu’à 360 m de l’entrée et 61 m de profondeur. Le débit de la source est varié mais perpétuel (en moyenne 100 litres par seconde).

Depuis le 2 Décembre 1979, date à laquelle Eric LEGUEN parvint à 360 m de distance de l’entrée, diverses plongées ont été effectuées (relevés topographiques notamment).

Seul un plongeur aurait dépassé ce terminus en 1989 pour atteindre la profondeur de 70 m avec vision à – 80 m.

Nous pouvons dire aujourd’hui que les limites humaines ont été atteintes. Désormais, quatre facteurs au moins, font de la Fosse Dionne une des sources les plus difficiles à explorer en France :

- Les étroitures
- L’argile en suspension dans l’eau réduisant la visibilité
- La force du courant
- La profondeur obligeant des paliers de plus en plus longs et nécessitant l’emploi de techniques complexes comme l’utilisation de mélanges gazeux spéciaux.

Les plongées souterraines ont commencé à la fin du XIXe siècle, probablement après 1878. Les premières plongées étaient effectuées à l’aide d’un scaphandre.

En Juin 1955 eut lieu la deuxième tentative grâce à deux scaphandres Cousteau.
Puis en 1961, des plongeurs de Troyes, appartenant à l’école de plongée du Touring club de France, tentèrent leur chance.

Le 15 Juillet 1962, deux plongeurs trouvèrent la mort dans la Fosse Dionne. L’explication la plus plausible de cet incident serait une fausse manœuvre lors du gonflage des bouteilles, la présence dans celles-ci de vapeurs d’huile et d’oxyde de carbone. Peut-être aussi une sorte de narcose dues à des plongées successives et à l’excès de gaz carbonique provenant des efforts effectués par les plongeurs qui tentaient en effet de remonter une pierre sculptée qu’ils avaient repéré le jour même.

Ce n’est que le 12 Décembre 1976 que l’exploration reprit, suite à l’avis favorable de la mairie et du conseil des secours souterrains de l’Yonne.
C’est le 3 septembre 1977, profitant d’une période d’étiage, que les spéléologues de la société Dijonnaise de plongée souterraine franchirent la chatière qui jusqu’alors s’était révélée infranchissable ; Ils s’arrêtèrent peu après 31m.

Au mois de Juin 1996, deux plongeurs franchirent les étroitures. L’incompétence de l’un d’eux, associée à un matériel non adapté à ce type de plongée très technique, coûta la vie à l’inexpérimenté. Suite à cet accident, les plongées sont désormais très réglementées (autorisation du Maire et du Préfet)

Divers objets ont été remontés au cours des différentes plongées :

- des fragments de poterie
- des débris de vases
- des débris d’ossements d’animaux
- un obus et un casque de guerre 1914 - 1918

Au sujet de la Fosse Dionne courent de nombreuses légendes :

Saint-Jean l’Aumônier et du Serpent Basilic

Les sous du Diable

Le manteau de la Vierge

Agenda

Décembre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim